© 2018 Vincent de Lavenère/ Cie : Chant de Balles

© Photographies : Philippe Cibile

    Une Jonglerie qui s'écoute, autant qu'elle ne se regarde.

 

 

Evolution de la jonglerie musicale au fil des spectacles

 

   °   1992 création du numéro " Flamenco à fleur de balles" Numéro primé et médaillé de bronze  au festival du cirque de Demain ( 1993 au cirque d'hiver à Paris) fut le départ de cette recherche de la musicalité dans le geste et la jonglerie. (  Jonglerie autour de la danse Flamenco)

 Avec ce numéro, ce fut le début des tournées dans une multitude de  lieux.

   ° 1997, avec le spectacle  "Le chant des balles", nous décidons Eric Bellocq et moi d’explorer cette jonglerie musicale par l’étude acoustique des balles, des grelots et des objets frappés  comme des clôches, gongs et tambours. Avec l’aide enrichissante d’Eric Bellocq, luthiste d'exeption,  nous prenons conscience du subtil équilibre à trouver entre le son, les formules rythmiques, mélodiques et l’image.

Il s’agissait en fait de découvrir mon instrument et d’en définir les contours.


    °  2003 Creation de "Girouette pour Jardin"  petite forme pour jardin.

  • 2004  Le spectacle  "Pai sai"   faisant suite à mes 15 années de travail en recherches ethnomusicologique avec Véronique de Lavenère, m’a fait  prendre conscience de la richesse et la complexité de l’homme à travers ses diverses cultures. J’en étudie et retranscrit le sens des gestes, liés au son, passé par les mains du jongleur, pour conclure le spectacle sur une écoute particulière de la jonglerie elle-même, dépouillée de tout accompagnement musical, mélodique ou autre : une virtuosité technique du 8 balles sur scène, amenant le spectateur à une écoute sensible dont la seule musique perceptible est celle de ces multiples balles dont « le chant »    attenu et éloigne peu à peu cette tension de la difficulté technique, laissant place  à la poésie d’une technicité pure.

  • 2008 Le spectacle  "Jongle d’oc"  fait écho à mes racines montagnardes. Ce spectacle porteur d’histoire et de rêve, fait éclore une jonglerie développant un subtil imaginaire sonore.

  •  2010 Le spectacle  "Bach en Balles"   avec Eric Bellocq, nous tentons de donner une forme visuelle aux structures  musicales elles-mêmes, telle une jonglerie au service d’une analyse musicale.

  • 2011 le spectacle  "Chemin Jonglant" , création au Grand Palais (dans le cadre d’une carte blanche donné à Vincent de Lavenère au Grand Palais à Paris pour Monumenta 2011 et une carte blanche au Palais Farnès à Rome). Ce spectacle se présente comme un florilège des diverses facettes de jonglerie musicale développées depuis 1997.

  • 2013 le spectacle "B’alla Cappella", un tour de chant jonglé. Spectcacle inovant de part son écriture particulière. Jamais un jongleur n'avait auparavant  osé un mélange chant et Jonglerie à un tel niveau. Vincent bouchot, Antonio vivaldi,Celment janequin,Nougaro, carlos jobim ...       2014 Création de"   

  • 2014 Création de" Jonglerie champêtre"  Petite forme  hors les murs 45 minutes de jonglerie musicale  

  • 2016 Création avec le professeur Florent Hivert "Jonglerie Musicale Automate et combinatoire" Spectacle Art et Science autour des mathématique et de la notation de jonglerie musicale.

  •  2017 Création de "Ballade à Quatre"  Quatuor de Jonglerie musicale polyphonique  avec une équipe de 4 jongleurs

  • 2018 Création  au cirque de Amiens avec l'harmonie municipale de Amiens ( 60 musiciens)

  •  2019 Création de la nouvelle petite forme

 

 La jonglerie musicale :   Un concert  ou  un spectacle ?

 

C’est précisément là que se situe la jonglerie musicale. Elle n’est pas seulement image, ni seulement concert. Ici dans cet entre-deux, l’art de la jonglerie musicale y prend toutes ses lettres de noblesse. En effet la jonglerie est avant tout un Art , une technique extrêmement riche qui permet de développer ce langage musical qui lui est propre, et aussi qui  diffère d’un simple instrument de musique

 

La jonglerie, rythme, chante, produisant toute sorte de sonorités. Elle devient musique, chantante, sonorités concrètes ou simplement évocatrices, oscillant constamment de la rigueur rythmique et mélodique à l’imaginaire sonore. Alors le spectateur est sensibilisé (malgré lui) à une écoute particulière et le voyage intérieur peut commencer pour le public, pour certains au cours du spectacle, pour d’autres lorsqu’il se termine : On termine … ils commencent… le relais passe ainsi librement, laissant  le spectateur dans son émotion intérieure, résonnant en chacun de nous par de multiples couleurs.

 

 

 Un autre regard sur la jonglerie, celui de l’écoute

 

La Jonglerie que j’aime  pratiquer,  prend sens dans cette écriture visuelle, souvent virtuose, mais pas seulement. Elle s’appuie  aussi et surtout sur une musicalité initiée par le jonglage dont le souffle,  la voix,  le tempo sont les maîtres mots,  de surcroit  maitrisé par le jongleur.

 

Ma  création B’alla Cappella s’appuie sur ce principe : faire coexister deux arts en équilibre, le son et l’image. Comment équilibrer les deux, sans que l’un prenne le pas sur l’autre, le but étant de composer. Ce travail demande une maîtrise parfaite de l’art de la jonglerie afin que le spectateur ne soit pas détourné de l’attitude d’écoute dans lequel on cherche à le plonger. En effet La jonglerie musicale se trouve logiquement poussée ici à l’extrème, se dévoilant dans l’épure sonore du chant accompagné des balles.

 

B’alla Cappella propose «un tour de chant jonglé » particulier  car il intégre des interprétations d’œuvres anciennes connues avec des compositions d’auteurs contemporains.

 

  • Clément Janequin (1485-1558), Le chant des oiseaux

  • Antonio Vivaldi (1668-1741), Interprétation jonglée du Stabat Mater

  • Vincent Bouchot  (chanteur et compositeur  contemporain ,  à ce jour il a écrit plus de 100 pièces musicales et 7 opéras joués dans les plus grandes salles internationales, Première partie l’Aérien  œuvre musicale spécialement composé pour un jongleur, avec la complicité du poète Fabrice Villard.

La richesse de ce tour de chant, va au-delà d’une simple interprétation, avec une véritable part de composition qu’un simple instrument de musique ne pourrait pas satisfaire : la jonglerie pleinement créatrice se révèlera ici au cœur d’une véritable composition sonore et visuelle par un Jongleur-Auteur-Compositeur.